Missions

Le contexte actuel des soins exige qu’ils soient prodigués d’une manière sûre, économique et scientifiquement fondé. Dans le but de contribuer à ces missions, le BEST favorise l’Evidence-Based Practice.

Missions du BEST

Le BEST a pour mission de promouvoir l’Evidence-Based Practice comme fondement scientifique des pratiques professionnelles de la santé. Il vise la qualité des pratiques soignantes, thérapeutiques et d’enseignement et par là l’amélioration de la santé des populations.   

Il produit des recommandations de bonnes pratiques basées sur les meilleurs résultats de recherche. Les travaux réalisés en équipe multidisciplinaire allient des compétences cliniques et méthodologiques et ce faisant, favorisent les échanges entre les milieux de la pratique, de la formation et de la recherche.

Missions du JBI

Le BEST est un centre d’excellence JBI. JBI est un institut de recherche et de développement rattaché à la Faculté de médecine et de santé de l’Université d’Adelaide en Australie et reconnu internationalement dans le domaine de l’Evidence-Based Practice.

Fondé en 1996, JBI https://jbi.global/ est une organisation internationale sans but lucratif. Il accomplit recherche et développement au sein de l’École de science translationnelle basée dans la Faculté des sciences de la santé de l’Université d’Adélaïde, Australie. L’Institut collabore avec plus de 70 entités à travers le monde. L’Institut et ses organismes collaborateurs promeuvent et soutiennent la synthèse, le transfert et l’utilisation des preuves par l’identification de pratiques de soins appropriées, judicieuses et efficaces. Ils visent l’amélioration de la santé des patients à l’échelle mondiale en fournissant les meilleures données disponibles pour informer les prises de décision clinique. Un brin d’histoire: Joanna Briggs fut la première infirmière cheffe de l’hôpital Royal d’Adelaïde.

Promotion de l’Evidence-Based Practice

Qu’est-ce que l’EBP ?

« L’EBP est basée sur l’utilisation consciencieuse, explicite et judicieuse des résultats de recherche. »  Sacket et al. (1996)

L’EBP met en avant les limites liées aux décisions basées uniquement sur les connaissances théoriques, l’intuition et l’expérience professionnelle, et insiste sur la nécessité de consulter des études scientifiques. Plus précisément, la conception de l’EBP à laquelle nous nous référons respose sur l’intégration de la prise de décision de quatre composantes clefs : 

  • L’expertise clinique qui comprend les compétences et le jugement
  • Les preuves les plus solides issues de la recherche
  • Les singularités du patient
  • Le contexte local

En dépit de l’intérêt des professionnels à l’égard de l’EBP, son application dans la pratique quotidienne constitue un challenge, du fait notamment de l’augmentation des connaissances en santé et du nombre considérable d’articles publiés chaque année.

Une issue intéressante à ce challenge est le développement de guides de bonnes pratiques. Ces guides sont des synthèses de l’ensemble des résultats de recherche, jugés de bonne qualité, sur un sujet donné. Développés méthodiquement, ils sont transparents, non biaisés, et conduisent à des recommandations pour aider le praticien et le patient à définir les soins les plus appropriés dans des circonstances cliniques données.

Les guides de bonnes pratiques constituent l’un des outils de choix destinés à garantir la qualité, la sécurité et l’efficience des soins. Ils sont réalisés au cours d’une démarche EBP.

En quoi consiste la réalisation d’une démarche EBP ?

Une démarche EBP nécessite une approche rigoureuse basée sur 5 étapes majeures.

  1. Formulation d’une question précise et structurée, à partir du besoin d’information pour un patient donné
  2. Recherche des meilleures preuves disponibles issues de la littérature scientifique
  3. Appréciation critique des articles sélectionnés
  4. Elaboration de recommandations dans un guide de bonnes pratiques
  5. Transfert des recommandations vers un milieu clinique
  6. Utilisation des recommandations dans la pratique, ce qui implique d’associer aux résultats de la littérature les trois autres composantes clefs (i.e. les caractéristiques individuelles du patient, l’expérience clinique du praticien et le contexte local)

LE BEST produit plusieurs types de documents dans le cadre de la démarches EBP

Les revues systématiques

Il s’agit d’une synthèse critique de toutes les recherches primaires de bonne qualité répondant à une question clinique préétablie. Elle propose des recommandations pour la pratique basées sur les résultats de ces recherches. Le JBI produit différents types de revues systématiques, basées sur des résultats quantitatifs ou qualitatifs. Une revue systématique quantitative peut inclure une analyse statistique des résultats, appelée méta-analyse.

Les protocoles

Une revue systématique est conduite suivant une méthodologie rigoureuse et reproductible détaillée dans un document intitulé protocole. Il précise les justifications de la revue systématique et ses objectifs. Il stipule les procédés utilisés pour localiser, sélectionner et évaluer les recherches primaires, ainsi que les méthodes d’analyse et de synthèse des résultats de ces recherches.

Les recommandations de bonne pratique clinique (RPC)

Ce sont des propositions développées selon une méthodologie reconnue pour aider les professionnels de la santé et les patients à accéder aux soins les plus appropriés et les plus sécuritaires. Les RPC (clinical guideline) sont fondées sur les résultats de recherche récents et dont la qualité et la pertinence pour la clinique ont été validées.

Les adaptations de recommandations

Elles consistent à modifier des recommandations de bonne pratique clinique, produites dans un contexte, pour les utiliser dans un autre contexte culturel ou organisationnel. Les adaptations de recommandations permettent de tirer profit des recommandations existantes, de bonne qualité, et de réduire les doublons. Leur réalisation nécessite une approche systématique et transparente. L’adaptation peut aller d’une simple traduction de document à l’élaboration de nouvelles recommandations, basées par exemple sur la synthèse de plusieurs documents présentant des recommandations pour une même question clinique.

Informations juridiques

Le BEST s’efforce de proposer des recommandations de haute qualité, impartiales et fondées sur des preuves, quand elles existent. Du fait notamment de la publication régulière de nouvelles études, il ne peut cependant garantir leur exactitude, leur actualité et leur intégralité. Le BEST, les institutions partenaires et les auteurs des documents ne peuvent être tenus responsables des dommages causés par l’utilisation des informations diffusées. Lors de l’usage de ces recommandations le professionnel doit faire preuve de jugement clinique pour s’assurer qu’elles sont appropriées pour son patient dans son contexte local; en conséquence elles ne peuvent se substituer au jugement du professionnel.